Paroisse Saint Michel




Accueil
Actualités
Célébrer
Vie Paroissiale
Mouvements et services













ACCUEIL

Saint Michel du Pileu

45, rue de l'Effort Mutuel
91120 PALAISEAU
Tél. : 07 60 93 75 14 (Merci de nous laisser un message, nous vous rappellerons)

Prêtre accompagnateur

Père Jean-François Zakarian...

Accueil et permanences du prêtre accompagnateur

Vous pouvez rencontrer le Père Jean-François Zakarian (absent en août) :
- au presbytère de Saint Martin le jeudi de 18 heures à 19 heures 30 et le samedi de 9 heures à 10 heures 30,
- sur rendez-vous - Tél. 01 60 14 01 83.

Brève histoire de Saint Michel du Pileu

1927-1928 : Père Gean, curé doyen de Saint Martin, fait appel aux catholiques pour la construction d'une chapelle au Pileu. L'un d'eux fait don du terrain et d'autres dons affluent.

1927 : L'évêque de Versailles inaugure et bénit la chapelle Saint Michel. La chapelle est desservie par les prêtres de Saint Martin.

1964 : Monseigneur Malbois, évêque de Corbeil, élève la chapelle Saint Michel en paroisse du quartier du Pileu.

1964 - 1976 : Père Alphonse Gay est le premier curé de Saint Michel, jusqu'à sa mort en avril 1976.

1976 - 1978 : Aucun prêtre n'est nommé à Saint Michel. Un laïc, Marcel Pletz assure le fonctionnement courant de la paroisse et recherche des prêtres pour les messes du week-end et les fêtes religieuses. Sont ensuite successivement curés de Saint Michel :

1978 - 1992 : Père Bernard Dagron.

1992 - 1998 : Père Hilaire Barbier.

1998 - 2000 : Père Fabien Mounier.

2000 - 2004 : Père Guy Okosso.

2004 - 2008 : Père Jean-Christophe Leurent.

2008 - 2017 : Père Juvénal Rutumbu.

Depuis 2017 : Père Jean-François Zakarian

Père Alphone Gay

Fils de Francisque Gay, fondateur du journal « l'Aube » et ministre MRP sous la IVème République.
Premier curé de la paroisse Saint-Michel (auparavant, Saint-Michel n'était qu'une chapelle rattachée à la paroisse Saint-Martin).
Très préoccupé par le sort des jeunes du quartier, dont beaucoup issus de milieux modestes. D'où toutes ses actions en direction des jeunes : gros efforts en matière de catéchèse (400 enfants inscrits chaque année en catéchèse/aumônerie) ; création d'un patronage pour occuper les enfants le jeudi ; organisation de voyages en minibus à travers l'Europe ; lancement d'une kermesse annuelle pour financer les actions entreprises (pour avoir une idée de l'ampleur de cette kermesse les premières années, il faut savoir que 6 000. billets de tombola étaient vendus à cette occasion, notamment par les enfants du catéchisme).
Dès son arrivée, le Père Gay s'est rendu compte de la nécessité de disposer d'une grande salle pour réunir tous ces jeunes. C'est lui qui en a conçu les plans. C'est lui qui a lancé des souscriptions auprès des paroissiens pour financer le projet (lui-même et sa famille participant d'ailleurs largement à ce financement). Il a réuni des entrepreneurs, des bénévoles, a plus ou moins dirigé les travaux. Et sur un terrain appartenant à l'AOECP, il a fait sortir de terre la salle telle que nous la connaissions avant les travaux de rénovation. Pendant plus de 45 ans, cette salle a rendu d'éminents services à la paroisse de Saint-Michel et à bien d'autres utilisateurs (aumônerie notamment). Certes, vers la fin, elle était un peu vétuste, mais le gros œuvre était toujours solide, ce qui a permis de le conserver et de réduire ainsi le coût de la rénovation.
Le Père Gay est décédé en 1976.

Père Bernard Dagron

Ancien bibliothécaire, le Père Bernard Dagron a été ordonné en juin 1978 et sa première affectation a été Saint-Michel.
Il a été curé de Saint-Michel à plein temps de 1978 à 1985, puis responsable du secteur de Palaiseau et curé de Saint-Michel et de Saint-Martin de 1985 à 1992. C'est lui qui a amorcé le rapprochement en un véritable secteur des différentes paroisses du secteur.
Comme son prédécesseur, il a porté une attention toute particulière aux jeunes, lançant notamment des groupes de réflexion, de prière, et des retraites animées d'abord par lui, puis par les jeunes eux-mêmes à qui il a su faire confiance pour les animer eux-mêmes. Plusieurs groupes de ces jeunes, après avoir fusionné, ont continué à se retrouver pour une session annuelle de trois jours dans une abbaye, pour réfléchir au sens de leur vie et prier tous ensemble. Il y a eu au sein de ces groupes plusieurs vocations religieuses, des mariages, des parrainages lorsque des enfants sont nés, etc. Les anciens paroissiens se souviennent que pendant de nombreuses années ce sont des jeunes qui ont animé la messe du samedi et organisé la prière du vendredi soir dans l'oratoire.
Après le Père Gay, le Père Dagron a habité au presbytère quand il était curé de Saint-Michel, de 1978 à 1985. On se rappelle son bureau encombré d'étagères pleines de milliers de livres, entre lesquelles on avait parfois du mal à se faufiler.

Monsieur Marcel Plez

Paroissien de Saint-Michel habitant à Igny, Marcel Plez s'est impliqué longtemps dans la vie municipale d'Igny, tout en participant aux activités paroissiales de Saint-Michel.
A sa retraite, il s'est investi pleinement dans la vie paroissiale, devenant le bras droit du curé de la paroisse.
Il a été pendant plusieurs années le président du comité paroissial de Saint-Michel (ainsi s'appelait à l'époque le groupe qui animait la vie spirituelle de la paroisse, aujourd'hui équipe animatrice).
Et surtout, pendant les deux années où la paroisse n'a pas eu de prêtre, entre la mort du Père Gay en avril 1976 et l'arrivée du Père Dagron en juin 1978, il a fait "fonctionner" la paroisse, prenant à sa charge toutes les tâches, aussi bien spirituelles que matérielles, de la paroisse. C'est lui qui, chaque semaine, s'efforçait de trouver un prêtre pour assurer les messes du samedi soir et du dimanche ; il a connu plus d'une sueur froide quand, quelques heures avant une messe, il n'avait toujours personne pour la célébrer !
A l'arrivée de Bernard Dagron, il lui a servi de mentor dans un poste que Bernard découvrait, tout en continuant à décharger le prêtre de bons nombres d'activités.
Il faut dire un mot de Mme Plez, qui assurait un rôle de secrétaire pour les activités de son mari, tapant notamment tous les stencils de la paroisse.
Marcel Plez s'est éteint en juin 1991, assurant jusqu'au bout son rôle auprès de la paroisse.